Notre sélection des casinos de langue francophone

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le projet Eurovegas fait des vagues en Espagne

Le projet d’un Las Vegas européen – « Eurovegas »- au coeur de l’Espagne maintenant  désargentée divise le pays en deux camps. Il y en a qui le voient comme un projet envoyé du ciel et d’autres qui en parlent comme d’un pacte avec le diable.

Le rêve du magnat Sheldon Adelson de construire en Espagne le premier complexe style Las Vegas d’Europe porterait sans doute secours à une économie peinant dans une autre récession et aux prises avec un chômage très élevé.

Mais l’averse de millions viendrait avec des conditions et contraintes: M. Adelson veut que les lois espagnoles permettent aux joueurs de fumer à l’intérieur des casinos et que les règlements locaux lui permettent de faire élever des bâtiments bien au-dessus de la ligne des toits.

Mais pas tout le monde est ravi à l’idée que l’Espagne accueille une « Sin City » européenne qui pourrait attirer la prostitution et les gangs de la mafia – et ajouter la dépendance au jeu aux malheurs des Espagnols.

Pourtant, Madrid et Barcelone sont les deux en lice pour courtiser M. Adelson et les 22 milliards de dollars qu’il veut investir pour ériger « Eurovegas » – un complexe de six casinos, 12 hôtels offrant 36.000 chambres, un centre de congrès, centres commerciaux, bars et restaurants.

 Les deux sites envisagés à Madrid couvrent chacun une superficie équivalente à 1000 terrains de football.

 M. Adelson décidera d’ici l’été la ville de la construction, si sa compagnie, Las Vegas Sand, parvient à un accord avec les autorités espagnoles.

 Las Vegas Sands – qui exploite des propriétés à Las Vegas, Singapour et Macao – a dépassé l’an dernier Caesars Entertainment comme plus grande société de jeu au monde, affichant des profits de 1,27 milliards de dollars.

Publié dans actualités jeux, casinos terrestres | Laisser un commentaire

L’Arjel gagne de nouvelles compétences

Adoptée depuis peu, la loi des finances rectificative 2012 modifie en quelques points essentiels la législation des jeux sur Internet, offrant plus de pouvoir aux agents de l’Autorité de régulation des jeux en ligne. L’Arjel aura donc plus de compétences, pouvant intervenir directement et par plus de moyens, dans le maintien de la légalité des offres de jeu en ligne.

En premier lieu, les agents de l’Autorité se sont vus conférer désormais le pouvoir de constater des infractions telles que la mise en ligne de jeux d’argents en France par des opérateurs sans autorisation, ou la diffusion de publicité pour des sites illégaux. La loi lui ajoute cette compétence au droit d’enquête dans ces situations.  Comme indiqué dans les nouvelles dispositions, les procès verbaux résultés seront désormais « transmis sans délai au procureur de la République ».

Les choses vont plus loin encore. Auparavant, seuls les officiers et les agents de police judiciaire et de douane étaient en droit d’utiliser un pseudonyme pour dévoiler ceux qui enfreignent la loi. Maintenant, les fonctionnaires Arjel pourront aussi cacher leur identité de la même manière sur les sites de jeu, afin de constater les possibles infractions à la législation française.

La toute récete loi de finances rectificatives leur donne le pouvoir d’ »extraire, acquérir ou conserver par ce moyen des données sur les personnes susceptibles d’être les auteurs de ces infractions ». Les données mentionnées incluent celles sur « les comptes bancaires utilisés ».

Enfin, selon la nouvelle loi de finances rectificative,les procès verbaux adressés au procureur pourront être utilisés par l’Arjel pour bloquer des transferts de fonds.

Publié dans jeux en ligne, législation jeux | Laisser un commentaire

Microgaming lance un jeu pour Pâques

Pâques est une fête qui donne aux passionnés de jeux encore un prétexte pour se réjouir. A cette occasion, Microgaming, l’un des fournisseurs de jeux de premier ordre, lance une machine à sous nommée « Fric du lapin chanceux ». Le jeu est déjà disponible dans ses casinos à jeu instantané. Visuellement, Lucky Rabbit’s Loot ne ressemble à aucun des jeux que Microgaming a publiés jusqu’à ce jour. Les graphismes sont minutieusement conçus par des spécialistes, dans des tons pastels, adaptées à la Pâques. Les rouleaux apparaissent sur un fond des oeufs de Pâques, carottes et fleurs, avec des nuages ​​ondoyantes et des oiseaux volant. Il y a même une mignonne voiture roulant. La musique de fond est également différente, mais dynamique et festive.

« Fric du lapin chanceux » est une machine à sous à 50 lignes de paiement avec quatre rangées de symboles sur les rouleaux. Les joueurs peuvent miser jusqu’à 20 pièces par ligne, chaque pièce variant de 0,01 à 0,20 crédits. Les symboles les plus rémunérateurs sont les combinaisons de cartes à jouer – pique, coeur, carreau et trèfle de la même couleur – ayant le lapin porte-bonheur sur elles. La pique offre le prix de 1000 pièces lorsque cinq symboles pareils apparaissent sur une ligne de paiement active. Les symboles les moins rémunérateurs sont les cartes de 9 à A. L’image du lapin chanceux est le symbole scatter. Les symboles scatter offrent des prix lorsque trois ou plus apparaissent n’importe où sur les rouleaux. Le grand prix est de 50 pièces de monnaie.
Trois ou plus de symboles scatter apparaissant n’importe où sur les rouleaux  déclenchent un jeu gratuit. Le joueur dispose de 8 tours gratuits pour commencer, mais ceux-ci peuvent être redéclenchés de la manière habituelle.

L’un des casinos Microgaming où Lucky Rabbit’s Loot est déjà  disponible, c’est Vegas Palm Casino.

Publié dans actualités jeux, jeux en ligne, machines à sous | Laisser un commentaire

Les régulateurs des jeux sont invités à une « Table ronde »

Gaming Laboratories International (GLI) a récemment annoncé sa conférence annuelle European Roundtable. L’événement aura lieu le 9 et le 10 mai à Budapest en Hongrie, à l’Hôtel Marriott. GLI est un important laboratoire d’essais de jeux et conseiller technique dans le même domaine. La division de la GLI qui effectue des travaux pour l’industrie du jeu en ligne est Technical Systems Testing (TST), un nom familier aux joueurs en ligne.

La conférence s’adresse principalement aux organismes de réglementation. Le but est de les aider à être mis à jour avec les progrès de la technologie dans l’environnement des casinos terrestres et virtuels. La conférence est gratuite pour les régulateurs, qui peuvent déjà s’y inscrire par l’intermédiaire du site web GLI. L’hébergement sera fait à l’hôtel Marriott de Budapest.

Expliquant la nécessité de tenir cette conférence, Martin Britton, directeur dans le cadre de l’entreprise, dit que le but derrière leur série de tables rondes était de réunir les régulateurs pour écouter, apprendre et partager des expériences pour le bénéfice de l’industrie des jeux. « Il y a eu de nombreux développements dramatiques dans le jeu et les loteries terrestres, comme dans le jeu en ligne au cours de la dernière année, et il est extrêmement important que les régulateurs soient en permanence éduqués sur les évolutions qui peuvent avoir des conséquences dans leurs juridictions. »

Britton a recommandé que les directeurs des systèmes d’information, les directeurs techniques, les régulateurs des jeux en ligne et des loteries, les responsables de la sécurité et les directeurs des jeux mécaniques assistent à cette « table ronde ». Les plus grands experts de l’industrie discuteront et débattront des thèmes cruciaux et pertinents touchant le domaine du jeu aujourd’hui. Un programme complet de la conférence sera publié sous peu.

La conférence est un produit de l’Université GLI, un programme exclusif qui offre une formation continue aux organismes de réglementation des jeux au niveau mondial. Chaque année, l’Université GLI organise ces conférences partout dans le monde. Le programme perdure depuis sept ans. En 2011, la conférence a attiré plus de 40 organismes de réglementation de 21 pays. De nombreuses juridictions ont été représentées à la conférence de 2011 pour la première fois, y compris la République Tchèque, la Grèce, la Hongrie, le Monténégro, la Pologne et la Roumanie.

Publié dans casinos terrestres, jeux en ligne, législation jeux, loteries | Laisser un commentaire